Introduction à la photographie de paysage

niveau du tutoriel
débutant

Les réglages de bases

Avez-vous déjà été au milieu de nulle part, entouré par la nature, sans une seule personne autour de vous? C’est un sentiment f(l)ou… Vous pouvez regarder autour du monde, et vous vous sentez comme si vous en faisiez partie – c’est la photographie de paysage.

La photographie de paysage capture une image qui incarne l’esprit du plein air. Cela donne le sentiment d’être là pour voir quelque chose d’incroyable. Lorsque les spectateurs regardent votre travail, vous voulez qu’ils ressentent les mêmes émotions que vous ressentiez, se tenant au milieu de la nature à vos côtés.

La définition moderne de la photographie de paysage est très large. Terre ou mer, urbain ou nature, grand ou petit… Lorsque vous essayez de restreindre la définition de la photographie de paysage, vous placez des limites autour de quelque chose qui devrait être créatif et illimité. Certains photographes, par exemple, se réfèrent à la photographie d’architecture comme la photographie de paysage urbain. D’autres photographes considèrent que la photographie de la faune concerne un environnement plus vaste, et non pas un seul animal. Dans l’ensemble, je ne vois aucun problème avec l’un ou l’autre de ces exemples.

Prochainement, je vais tenter de vous donner par le biais de ces tutoriels un maximum de conseils qui font suite à ma propre expérience de la photo, qu’elle soit sur le terrain ou théorique. Les règles, astuces ou autres conseils auxquels je ferai référence, sont souvent simples. Vous penserez peut-être en en lisant certaines « eh bien oui c’est évident, je n’en apprends pas grand-chose de plus dans ton article ». Ce n’est pas faux ! Sauf que, et bien… ces outils-là, on a quand même vite tendance à les oublier alors qu’ils sont l’essence même de la photo, ceux qui vont être à l’origine de la recherche créative et de l’aboutissement d’un cliché. Ils vous permettent en quelques sortes de lire entre les lignes d’un paysage donné et d’y déchiffrer sa logique. 

C’est ça qui est assez fascinant dans la photo de paysage : on ne voit que ce que l’on cherche. Ce dictate s’applique d’ailleurs à beaucoup d’autres choses dans la vie…Encore mieux vaut-il savoir ce que l’on cherche. Ah, nous y voilà ! Je crois qu’on a mis le doigt sur le sujet : un paysage vit au travers de ses formes, ses contrastes, la lumière qui l’inonde. Dans tout ça, Il faut impérativement essayer de dégager un sujet ou un intérêt particulier et de le mettre en avant en composant et en choisissant certains éléments du paysage. C’est votre mise en scène qui rendra vivant ce dit paysage. Il faut que le lecteur de votre image comprenne tout autant que vous ce qui vous a poussé à déclencher !

Ce qui fait la force d’un photographe : la remise en question de ses acquis et de ne jamais penser que sa photo est parfaite même avec un regard objectif. Elle l’est peut-être pour vous mais pas pour quelqu’un d’autre qui n’aura pas la même vision que vous. Regardez vos vieilles photos qui datent de quelques années et dont vous étiez fiert et vous comprendrez qu’avec le temps vous évoluez. Tout ça pour dire qu’il faut prendre un peu de recul, observer les outils principaux, moteurs créatifs qu’on a en notre possession et composer notre tableau en piochant dedans. Il est TRES important selon moi de comprendre que c’est l’union simultanée des différents outils qui rendra votre vision de la scène majestueuse. Cela exige de la créativité et des compétences analytiques, et l’un est aussi important que l’autre. Donc, si vous êtes attiré par les deux façons de penser, la photographie de paysage vous conviendra parfaitement. 

Je proposerai dans ces futurs tutoriels des pistes de réflexions sur ce qui pour moi semble incontournable et évident afin d’aboutir à une photo de paysage qui ressemble au « tableau » que le photographe s’était imaginé au départ. La photographie de paysage c’est l’art et la manière de mettre en avant une vision donnée, un moment, un lieu et de la vulgariser en quelque sorte pour les gens qui n’ont peut-être pas le recul que peut avoir un photographe expérimenté.

Certains diront alors que parce qu’il existe des méthodes, il n’y pas de place à l’abstrait, à la spontanéité sauf que (encore une fois je n’engage que mon opinion) une belle photo de paysage répond à des critères qui dépendent en grande partie de notre cerveau et de la construction de l’image qu’il peut s’en faire. Par exemple les notions d’image équilibrée et de composition sont centrales et nous ne pouvons y échapper. Nous y reviendrons plus tard dans l’un des tutoriels mais si on faisait l’expérience de demander à des « non photographes » de choisir entre deux photos, l’une équilibrée et l’autre non, on ne serait pas surpris de voir triompher la photo équilibrée. Donc oui il existe une sorte de « check list » ou une « approche logique de prise de vue » qui permet d’arriver à ses fins. Il faut alors absolument les connaitre et savoir les utiliser à bon escient.

La photographie de paysage et pour moi l’exercice le plus difficile parce qu’il demande que beaucoup de conditions soient réunis pour réaliser un cliché unique (technique, composition, météo, lumière, atmosphère et probablement une part de chance aussi…). Elle est passionnante parce que notre vision évolue sans cesse, le matériel lui aussi peut ouvrir de nouvelle possibilité. Je suis curieux de voir ce que je produirai par exemple d’ici quelques années…

Il est crucial de configurer correctement votre appareil photo si vous souhaitez prendre des photos de paysage de la plus haute qualité. Cependant, avec la large gamme d’options de menu et de paramètres trouvés dans les appareils aujourd’hui, il n’est pas facile de trouver la configuration optimale. Cet article couvre les meilleurs paramètres d’appareil photo à utiliser pour la photographie de paysage. Gardez à l’esprit que tous ces éléments sont des recommandations personnelles plutôt que des nécessités absolues, mais ils seront utiles si vous essayez de comprendre par où commencer avec votre propre appareil sur le terrain.

Avant de lire les informations détaillées plus loin dans cet article, regardez ci-dessous. Cette liste décrit nos paramètres recommandés pour la photographie de paysage:

  • Photographiez en RAW
  • Défini sur 14 bits sans perte compressé (si disponible)
  • Désactiver la réduction du bruit ISO élevée
  • Désactiver les corrections d’objectif
  • Autofocus: Acceptable, à utiliser dans de bonnes conditions
  • Autofocus en utilisant le bouton AF-ON (ou attribuer un autre bouton à cette tâche)
  • Sélectionnez le point de mise au point automatique
  • Utiliser l’autofocus à un seul servo dans la vue en direct pour les scènes non mobiles
  • Utilisez l’autofocus à asservissement continu pour les sujets en mouvement (via le viseur optique si vous avez un reflex numérique)
  • Mise au point manuelle: à utiliser si l’autofocus ne vous donne pas un résultat net
  • Focus manuel avec un grossissement de 100% en direct, avec un trépied
  • Balance des blancs et teinte: Souvent juste Auto
  • Activez la réduction du bruit longue exposition, en supposant que vous êtes prêt à attendre deux fois plus longtemps pour que votre appareil photo capture des photos longue exposition en échange de moins de pixels chauds
  • Activer l’histogramme et les zones « cramées clignotantes »
  • Désactiver « tourner haut »
  • Activer le zoom en un clic lorsque vous passez en revue une photo (si disponible)

Paramètres d’exposition recommandés  pour la photographie de paysage:

  • Utilisez le mode manuel ou priorité ouverture pour que votre appareil photo ne règle pas l’ ouverture automatiquement
  • Réglez votre ouverture pour équilibrer la profondeur de champ et la diffraction  – typiquement, à un équivalent plein écran de f / 8 à f / 16 (mais une plus grande ouverture pour la photographie de nuit, quand vous n’avez pas d’autre choix). Nous reparlerons de la profondeur de champs spécifiquement dans un autre tutoriel
  • Gardez votre ISO à sa valeur de base. Dans la plupart des cas, désactivez l’ auto-ISO
  • Réglez votre vitesse d’obturation pour vous donner une photo correctement exposée
  • Si la vitesse d’obturation choisie introduit trop de flou de mouvement, vous devrez augmenter votre ISO pour utiliser une vitesse d’obturation plus rapide
  • Utilisez n’importe quel mode de mesure avec lequel vous êtes le plus à l’aise
  • Ajustez la compensation d’exposition si votre lecteur recommande des expositions trop claires ou trop sombres

Le reste de l’article traite de ces options plus en détail.

 

Tout d’abord, le type de fichier est l’une des décisions les plus importantes que vous devez prendre lors de la configuration de votre appareil photo. Ici, le compromis est simple: les fichiers avec plus de détails prennent également plus de place. Pour la plupart des photographes de paysage, c’est un compromis intéressant. Le stockage est bon marché, et les photographes de paysages ne prennent généralement pas un énorme volume de photos.

  • RAW vs JPEG

Tout d’abord, pour la photographie de paysage, il est préférable de photographier en RAW. Cela vous donne simplement la meilleure qualité d’image possible. Lorsque vous prenez des photos au format JPEG, vous endommagez irréversiblement la qualité technique de chaque photo que vous prenez, en jetant une quantité importante d’informations, ce qui explique pourquoi les fichiers JPEG occupent moins d’espace pour commencer.

  • Compression RAW

Après avoir décidé de shooter des fichiers RAW, vous avez encore quelques paramètres à optimiser. Le premier est simplement le niveau de compression de votre photo RAW. Certains appareils offrent jusqu’à trois options: non compressé, sans perte de compression et compression avec perte. Les fichiers compressés seront plus petits, mais la compression avec perte perd certaines des données que vous capturez.

Les différences sont-elles visibles sur vos photos? Cela dépend de votre situation et du degré de post-traitement que vous faites. Cependant, la plupart des photographes de paysages utilisent des fichiers RAW compressés sans perte (en supposant que l’appareil photo le permette) ou non compressés (si l’appareil photo ne dispose pas d’une option de compression sans perte). Une grande partie de ceci est juste psychologique – sachant que vous ne sacrifiez pas sur la qualité d’image – parce que les différences ne seront pas évidentes à la plupart des photographes dans des conditions normales.

C’est encore une fois une option que vous ne trouverez pas sur tous les appareils numériques. Cependant, si le vôtre vous permet de choisir entre différentes profondeurs de bits, vous obtiendrez la meilleure qualité d’image si vous choisissez le réglage le plus élevé disponible. Par exemple, de nombreuses caméras vous permettent de choisir entre les images RAW 12 bits et 14 bits (14 bits ayant plus de données). Bien que, encore une fois, les différences réelles sont plus petites que vous ne le pensez. Cela rejoint des définitions complexes de gammut ou espace colorimétrique que j’aborderai certainement dans un autre tutoriel.

La mise au point est un sujet complexe, mais les photographes de paysages n’ont pas vraiment de soucis avec ça. Bien que vous puissiez finir par photographier des scènes rapides, comme les vagues de l’océan, la grande majorité des paysages que vous rencontrerez sont immobiles. Cela aide beaucoup. Pourtant, vous devez faire attention à vos paramètres de mise au point si vous voulez des résultats optimaux.

  • Manuel ou Autofocus

Vous pouvez utiliser la mise au point manuelle ou l’autofocus pour la photographie de paysage et obtenir de bons résultats. Cela dépend en grande partie de la préférence personnelle du photographe. Si vous ne savez pas par où commencer, nous vous recommandons d’utiliser l’autofocus à moins qu’il ne commence à être imprécis pour votre situation particulière (par exemple, s’il fait trop sombre dehors).

L’avantage de la mise au point manuelle c’est qu’une fois que la mise au point est faite, vous n’y revenez plus. Mais attention à ne pas la modifier sans prendre attention ou alors toute votre série sera flou. Si vous choisissez de faire la mise au point manuellement, vous devez utiliser un trépied et regarder votre écran LCD (vue en direct ou viseur électronique) à un grossissement de 100%. À moins que vous ayez eu beaucoup de pratique avec la mise au point manuelle, vous ne devriez pas utiliser le viseur optique d’un reflex numérique pour un travail manuel de précision.

En ce qui concerne l’autofocus, vous avez plus de flexibilité. La vue en direct, les viseurs optiques et les viseurs électroniques fonctionnent tous bien pour l’autofocus, et chacun a sa propre liste d’avantages et inconvénients. Si vous disposez de suffisamment de temps et d’autonomie, il est généralement préférable d’utiliser l’affichage en direct (ou un viseur électronique) pour effectuer la mise au point automatique. Il tend simplement à être un peu plus précis sur les sujets stationnaires, bien que plus lent.

  • Attribution du bouton Autofocus

Par défaut, si vous utilisez l’autofocus, la plupart des caméras commencent à faire la mise au point lorsque vous appuyez à demi sur le déclencheur. Cependant, c’est un système pas très efficace: Le problème principal est que cette configuration essaye de se refocaliser chaque fois que vous prenez une photo. Il est préférable de désactiver la mise au point automatique sur votre objectif afin de conserver la même mise au point sur une période donnée. Surtout pour la photographie de paysage  avec un trépied, cela peut être assez frustrant! Une fois que vous avez localisé un point de mise au point parfait pour une scène immobile, vous voudrez probablement le conserver.

La solution est facile. Désactivez simplement l’autofocus à partir du déclencheur et utilisez un bouton complètement séparé pour effectuer la mise au point. Sur certaines caméras, il s’agit du bouton « AF-ON ». Si votre appareil photo ne l’a pas, ne vous inquiétez pas; vous serez presque toujours en mesure de programmer un bouton personnalisé pour faire exactement la même chose.

  • point focus unique ou Continu-Servo?

Pour la photographie de paysage, vous aurez généralement affaire à des sujets fixes. Donc, vous ne voulez probablement pas que votre système de mise au point automatique se fasse systhématiquement à chaque prise de vue (comme cela serait utile pour quelque chose comme la photographie de sport). Au lieu de cela, il est généralement idéal de verrouiller votre sujet avec précision la première fois, puis de rester immobile.

Pour cette raison, utilisez la mise au point mono-servo ou point focus unique pour la photographie de paysage par défaut. Il n’y a aucun avantage à un système de mise au point qui pourrait gémir de façon inattendue lorsque vous vous concentrez sur quelque chose qui reste immobile

Avec les fichiers RAW, vous pouvez définir la balance des blancs et la teinte comme vous le souhaitez, et vous pouvez les ajuster facilement en post-traitement. En d’autres termes, ne vous inquiétez pas d’avoir une balance des blancs « ratée »

Toutefois, ces paramètres affectent toujours l’aperçu lorsque vous passez en revue une image sur le terrain. Ils apparaissent également comme valeurs par défaut lorsque vous chargez la photo sur votre ordinateur. Pour cette raison, vous pouvez choisir le réglage Auto si vous voulez que les photos paraissent normales lorsque vous les consultez, ou un réglage de balance des blancs constant si vous voulez remarquer des changements dans la lumière.

La prochaine étape est la réduction du bruit d’exposition longue, et, étonnamment, celle-ci n’affecte pas vos photos RAW.

Lorsque vous photographiez de longues expositions, vous remarquerez plus de bruit dans vos images et vous remarquerez peut-être plus de pixels chauds . La réduction du bruit à longue durée d’exposition permet d’éliminer les pixels chauds et de réduire le bruit dans une certaine mesure. Il fonctionne en prenant deux photos successives – une normale, et une avec votre obturateur fermé – et en soustrayant la photo sombre (bruit seulement) de la normale.

Comme la réduction du bruit à longue durée d’exposition prend deux photos successives, il faut deux fois plus de temps pour capturer chaque photo. Si vous avez du temps à perdre, vous pouvez aussi bien activer cette option. Sur la plupart des appareils photo, la réduction du bruit de longue exposition ne s’active que si votre exposition dure plus d’une seconde.

 

L’option de lecture (révision) de votre appareil est un outil précieux, et il existe plusieurs façons de l’optimiser et de vous rendre la vie aussi simple que possible. Aucun de ces paramètres n’affecte directement les données RAW réelles que vous capturez, mais ils améliorent votre capacité à juger une image lorsque vous l’examinez sur le terrain.

  • Histogramme

Si votre appareil photo ne le fait pas par défaut, je recommande d’activer les «zones dites cramées» dans votre menu de revue (appelé «highlights» sur certaines caméras). Lorsque cette fonction est activée, les zones surexposées d’une photo clignotent en noir et blanc pour indiquer que vous avez perdu certains détails. Il s’agit essentiellement d’une version de l’histogramme plus facile à visualiser (bien qu’elle ne transmette pas autant d’informations, active également votre histogramme).

  • Rotation haute

Une option frustrante que la plupart des appareils ont activé par défaut est le réglage « Rotation haute ». Chaque fois que vous prenez une photo verticale, l’appareil photo fait automatiquement pivoter l’image lorsque vous l’examinez.

En théorie, cela peut sembler une bonne idée. Il vous permet de garder votre appareil photo horizontal et de faire défiler les photos plus rapidement sans faire pivoter l’appareil photo pour revoir les images verticales. Cependant, en pratique, c’est frustrant et lent à utiliser. La raison? Si vous avez votre appareil photo sur un trépied et que vous prenez un certain nombre de photos verticales, elles vont toutes basculer.

  • Zoom en un clic

Lorsque vous passez en revue vos photos sur le terrain, vous voudrez souvent les agrandir pour vérifier la netteté de la photo au niveau des pixels. Certaines caméras font cela beaucoup plus rapidement en offrant une option « zoom en un clic ». C’est un moyen rapide d’évaluer les photos que vous venez de capturer sur le terrain.

Je reste disponible à toute remarque.

N’hésitez pas à partager ce tutoriel 

.cata-page-title, .page-header-wrap {background-color: #e49497;}.cata-page-title, .cata-page-title .page-header-wrap {min-height: 250px; }.cata-page-title .page-header-wrap .pagetitle-contents .title-subtitle *, .cata-page-title .page-header-wrap .pagetitle-contents .cata-breadcrumbs, .cata-page-title .page-header-wrap .pagetitle-contents .cata-breadcrumbs *, .cata-page-title .cata-autofade-text .fading-texts-container { color:#FFFFFF !important; }